les messages de la mère :
toujours cette parole de la vie qui aura abdiqué d’avance,
la vie triste et grise.

je me suis toujours demandé de qui, d’où je tenais cet appétit, cette rage,
un moteur.
enfant, longtemps, je me racontais que l’on m’avait adoptée.
pourtant, les visages ne mentent pas,
les yeux, le nez, le sourire,
tout cela vient bien d’eux :
le père, la mère.

mythologies amusées,
figures de l’artiste autoengendré,
du scripteur né dans le texte qu’il inscrit.