avoir appris, sans trop se souvenir comment, un bureau en ville, d’un lit à l’autre, les livres dans le sac, et les carnets. c’est probablement cela qui est…

elle est encore. je la retrouve de n’avoir plus de lieu. je la retrouve comme un ancrage. celui du texte intriqué à celui de l’être. cet être qui…

nous sommes au présent pour vos mémoires attristées devant le futur. toujours mal conjugués, vos rêves. et dans vos concordances nous semons la discorde, la dissonance. le monde…

les messages de la mère : toujours cette parole de la vie qui aura abdiqué d’avance, la vie triste et grise. je me suis toujours demandé de qui,…

le dire et l’inscrire, la peur dépassée. alors, c’est aller à la vie avec une détermination acérée. c’est rapide, rapide, les nuits qui filent le long des quais…

la mort du chat. la mort du père. la rupture.    

0416

tout cela les rêves pour votre futur tout cela est déjà là ce que vous attendez c’est mon présent prendre le temps, c’est s’en saisir, le ravir. dans…

0216

fatigue de soi. merci de laisser la place vacante en l’absence de son occupant habituel. rues désertées des dimanches. je omis en février.

00216

cette pente-là, l’absence. la pente déjà connue dans le silence de la chambre. cette chambre-là ou une autre, peu importe. l’impossible rapport au monde, sa violence, sa dureté….

10216

dormir debout. ou vivre somnambule. tout autour la ouate, le brouillard entre le monde et soi.